top of page

Trucs de Coach>>Réduire l'Absentéisme

Quelques Clés pour Réduire

l'Absentéisme

Absent%C3%83%C2%A9isme_edited.jpg

Pour limiter le nombre d’arrêts de travail, les contre-visites systématiques

et les primes au présentéisme s’avèrent souvent contre-productives.

La Solution : le dialogue entre Managers et Salariés.

 

Les Cadres touchés par les Troubles Psychologiques

L’absentéisme touche en majeure partie la catégorie des ouvriers qui souffre de troubles physiques, notamment de maladies du système ostéo-articulaire.

Pour les cadres, il s’agit le plus souvent de troubles psychiques liés au stress. 

L'entreprise à alors tendance à recourir aux ateliers de bien-être pour réduire l’absentéisme.

Si ces ateliers de massage ou de relaxation permettent de réduire les tensions, ils ne s’attaquent pas aux causes réelles et ne solutionnent pas le problème sur le long terme.

En effet, un taux d’absentéisme élevé est révélateur de dysfonctionnements internes profonds dus aux  conditions de travail, au désengagement des salariés, au management, ou à une mauvaise ambiance.

Améliorer la Communication

Opter pour une communication efficace est un des meilleurs moyens pour réduire l’absentéisme au travail. Cela peut paraître simple, mais lorsque vous donnez aux salariés des moyens de s’exprimer, vous êtes en mesure de mieux répondre à leurs besoins.

Par exemple, une enquête de satisfaction anonyme est une méthode de communication qui vous permettra d’identifier les problèmes tels que les facteurs de stress, la motivation, et les conflits.

Eviter les Solutions Globales

Certaines approches du problème, pourtant très répandues dans les entreprises, sont clairement à éviter.

Elles ont comme dénominateur commun de traiter l’absentéisme sans faire de différenciation entre les cas, ce qui les rend bien souvent inefficaces, voire contre-productives.

La pratique de la contre-visite médicale systématique est un processus relativement simple à mettre en place puisqu’il suffit de faire appel à une société extérieure proposant ce service.

Mais elle laisse l’impression aux salariés d’être constamment surveillés et contribue à briser la confiance qu’ils peuvent avoir envers leur direction. C’est également le cas de méthodes comme le pointage de présence.

Donner plus d’autonomie et fixer des objectifs plus raisonnables font baisser l’absentéisme !

L’utilisation de menaces ou de récompenses globales peut même avoir des effets contre-productifs.

Ainsi, la prime au présentéisme, versée aux salariés en fonction de leur nombre de jours de travail effectif, est à éviter. C’est un système pervers qui conduit à former 2 catégories de personnes :

- celles qui choisissent de perdre cette prime et qui n’hésitent plus à s’absenter.

- celles qui, au contraire, comptent dessus à la fin du mois et viennent travailler même en étant malades, quitte à ce que leur état empire et à contaminer leurs collègues.

 

Une analyse exhaustive des causes et un plan d’actions absentéisme permettraient aux Managers de montrer aux salariés qu’elle leur accorde une attention particulière.

La 1ère étape d’un plan d’action visant à réduire l’absentéisme consiste à analyser et traiter les données chiffrées disponibles (nature des absences, durée, fréquence, etc…).

La 2éme sera de constituer un groupe de travail pour élaborer les actions à mettre en œuvre et les déployer.

Dès lors que ce plan d’actions aura permis de réduire l’absentéisme au travail, l'entreprise pourra apporter encore plus de confort avec des mesures comme un service de conciergerie, une salle de détente, de sport, de massage... 

S'Appuyer sur les Managers

Pour lutter efficacement contre l’absentéisme, mieux vaut privilégier des traitements ciblés sur les problèmes propres à son entreprise, voire à un service ou un atelier plus particulièrement touché par le phénomène.

Une telle démarche demande de bien étudier la situation au préalable. 

Ainsi, dans les cas où l’absentéisme est lié à des conditions de travail trop génératrices de stress, une réorganisation de l’entreprise ou du service peut être nécessaire.

Les tâches répétitives, les objectifs impossibles à atteindre, les bouleversements récurrents peuvent être des modes de fonctionnement difficiles à supporter par certains salariés qui finissent par tomber malades.

Donner plus d’autonomie, fixer des objectifs plus raisonnables contribuent à faire baisser le stress et donc l’absentéisme. Le rôle des managers dans cette lutte est prépondérant.

Ils doivent eux-mêmes apprendre à gérer leur stress et leurs émotions telles que l’énervement ou la peur.

Les managers sont les interlocuteurs privilégiés de la direction lorsqu’il s’agit de lutter contre les absences répétées d’un collaborateur. Ils doivent instaurer un système “d’entretiens de retour” à la suite d’absences trop longues ou trop fréquentes d’un salarié.

Cet entretien n’a pas pour but de sanctionner les arrêts de travail.

L’objectif est d’aider le salarié longtemps absent à se réintégrer afin de diminuer les risques de rechute.

Mais il est, aussi, utile de recadrer un collaborateur qui abuse des congés de maladie ou de comprendre pourquoi il en abuse.

Une Bonne Politique RH

La performance des Ressources Humaines est essentielle pour éviter le stress et la démotivation qui conduisent à une augmentation du taux d’absentéisme.

Une meilleure gestion des carrières : formations, perspective d’évolution et reconnaissance sont des points clés à développer.

Par ailleurs, les salariés doivent pouvoir se sentir en confiance avec les ressources humaines pour aborder les problèmes qui affectent leur travail.

Améliorer l'Organisation Interne

Il est important de faire un état de lieux pour mettre en œuvre des améliorations sur ces facteurs d’absentéisme :

  • La charge de travail et l’organisation : masse de travail à faire, contraintes de délais, charge mentale liée à l’activité…

  • Les conditions de travail : l’ambiance physique de travail (bruit, lumière, température),  l’ergonomie des postes de travail, et le confort.

Opter pour un Management Bienveillant

Montrer aux salariés qu’ils sont importants dans l’organisation, leur faire confiance, faire preuve d’écoute et d’empathie… Valoriser, féliciter, c’est faire en sorte qu’ils se sentent bien en rentrant chez eux et qu’ils soient heureux de venir travailler.

Mettre en place un entretien de retour après une absence plus ou moins longue est une occasion d’échanger avec les salariés pour identifier certaines problématiques liées au poste de travail, aux relations avec les collègues ou la hiérarchie.

Une formation aux bonnes pratiques managériales améliorera l’ambiance au travail, et favorisera un engagement plus grand des équipes, et donc un absentéisme moindre.

Réduire l’absentéisme au travail est un sujet qui implique de prendre en considération de nombreux paramètres. Un diagnostic permettrait d’identifier les dysfonctionnements ainsi que les sources d’insatisfaction

Lever les Tabous

Enfin, pour lutter efficacement contre l’absentéisme, il ne faut pas hésiter à crever l’abcès.

Le sujet est en effet souvent tabou pour la direction.

Pourtant, communiquer autour des conséquences et du coût de l’absentéisme permet aux salariés de prendre conscience des enjeux.

Pas besoin de grands discours ! plutôt mettre en évidence des chiffres concrets sur le problème :

perte de parts de marché, insatisfaction des clients, chute des ventes… etc ...

Communiquer sur l’absentéisme, c’est également, pour la direction, une façon d’émettre le signal qu’elle a décidé de faire bouger les choses.

Les collaborateurs qui ont recours à des absences injustifiées sont ainsi amenés à se méfier.

Pour une meilleure prise de conscience collective, le sujet peut ensuite être relayé par le manager et débattu au sein des équipes.

L'Energie du Changement

bottom of page