top of page

Trucs de Coach>>Gérer le Trac

Comment Gérer le Trac ? 

Voici 5 Méthodes utiles pour en finir !

Ancre 1

Gorge sèche, mains qui tremblent, difficultés à s’exprimer… ?

Un cauchemar que connaissent bien ceux qui sont victimes du trac

au moment de prendre la parole en public.

A chaque prise de parole, le rythme cardiaque s’élève de 80 à 110 battements/mn

et le taux d’adrénaline augmente.

Autant de moyens supplémentaires qu’offre le corps pour faire face

à une situation que l’on appréhende.

Préparation corporelle, mentale et intellectuelle s'imposent…

Apprenez à maîtriser votre Trac sur l’instant mais également de façon pérenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Décontractez votre Corps

La première des choses à faire pour gérer cette montée d’énergie bloquante qu’est le trac est de respirer.

Lorsque l’on prend la parole, un phénomène physique bloque la respiration.

En conséquence, le cerveau n’est plus alimenté en oxygène et les fonctions intellectuelles sont arrêtées.

Il faut donc pratiquer la respiration forcée, de façon à relancer la machine.

La bonne technique est de faire la cigale : " Inspirez pendant quatre secondes puis expirez l’air pendant huit secondes par saccade "

Faire cela trois ou quatre fois permet de relâcher le corps.

L’important est de trouver la technique qui fera le plus d’effet.

La Situation

La respiration est l’arme la plus précieuse pour un communicateur. 

Qui dit « émettre un son » dit obligatoirement « respirer » !

C’est ce souffle qui fait vibrer les cordes vocales, qui “porte” la voix, lui donne de la puissance sans la fatiguer et permet de vaincre le trac.

Pour communiquer efficacement, votre cerveau fournit un gros effort.

Afin qu’il puisse fournir cet effort, il faut le “nourrir”, l’oxygéner ou, autrement dit, respirer !

Cela vous mettra aussi à l’abri du trou de mémoire – en Inspirant, vous trouverez l’Inspiration.

L’Emotion et le Stress créent des Tensions dans notre corps.

Une respiration abdominale régulière, harmonieuse, procure une sensation de détente immédiate et apporte un meilleur Contrôle de Soi. La respiration la plus bénéfique est la respiration abdominale.

Notre diaphragme doit pouvoir faire son travail de piston librement. À l’inspiration, la coupole que forme le diaphragme s’abaisse et pousse les organes et les muscles du ventre vers le bas. Si notre ventre est détendu, il se gonfle sous l’effet de l’inspiration. À l’expiration, au contraire, le diaphragme s’élève et le ventre devient plat.

Tout ce travail s’effectue sans effort et avec harmonie.

 

Faites le point sur votre Respiration ;... Où en êtes-vous ? Pour en savoir plus :

  • Installez-vous confortablement, défaites votre ceinture ou tout ce qui peut gêner votre respiration.

  • Posez vos mains bien à plat sur votre bas ventre et commencez par vider vos poumons.

  • Après avoir expiré : inspirez/expirez calmement, sans forcer.

  • Faites quelques respirations. Si vous avez senti votre ventre se gonfler à l’inspiration et se dégonfler à l’expiration, alors, tout va bien ! Non? Alors, vous pouvez pratiquez les quelques exercices suivants :

1. Allongez vos mains sur le ventre, respirez ! Inspirez et expirez en vous servant des muscles du ventre.

Poussez le ventre contre vos mains en inspirant – “collez” le ventre contre la colonne vertébrale en expirant.

Cela développera une sensibilité plus forte à cette zone respiratoire.

2. Expirez, inspirez dans votre ventre (concentrez-vous sur votre respiration et servez-vous de votre imagination : voyez mentalement l’air qui rentre dans votre ventre.

Expirez en émettant le son “maa” – ou “ooo”. Contrôlez le débit d’air et essayez, sans forcer, de prolonger votre expiration. Variation : augmentez et diminuez le son émis.

3. Respirez comme les chiens (c’est la respiration de l’accouchement “sans douleur”).

Rentrez et sortez énergiquement le ventre pour accompagner la respiration.

4. Debout, placez-vous le dos contre un mur. Inspirez par le ventre, expirez en aplatissant le dos le plus possible contre le mur.

En Conclusion

Entraînez-vous dès que vous en avez l’occasion : en marchant, en attendant un rendez-vous, dans votre voiture, le soir dans votre lit, avant de vous endormir. Ne forcez jamais, recherchez la détente et le plaisir en respirant. Vous sentirez très vite les bienfaits de la respiration abdominale.

Se Préparer Mentalement

Se mettre dans l’état d’esprit “d’un gagnant“.

De même qu’un Perchiste visualise sa course, sa prise d’appui, son saut et enfin les applaudissements du public, celui qui a le trac doit, tel un grand sportif, se représenter le déroulement de la situation et son issue la plus optimiste. Le but étant bien sûr de se mettre dans un état Psychique Positif.

Ensuite, relativiser l’enjeu ! D’abord parce que, c’est une évidence, nul n’est parfait.

Mais aussi parce que la personne va, par son intervention, répondre à l’attente de ses interlocuteurs.

Il est donc plus juste de les considérer comme des alliés.

 

Se forcer à regarder le public. Celui qui a le trac aura tendance à fixer ses chaussures ou à balayer les murs du regard. Pourtant, les personnes à qui l’on s’adresse sont le plus souvent bienveillantes.

S’en rendre compte aidera à ne pas s’imaginer l’inverse. Se décontracter en plaisantant avec son audienceest également un levier sympathique.

Avant de lancer une réunion ou d’entamer un discours, on peut commencer par raconter une anecdote, qu’elle soit d’ailleurs réelle ou inventée. Cela met à l’aise le public et, par rebond, l’intervenant lui-même.

Se Préparer Intellectuellement

La préparation intellectuelle représente 70 % de la gestion du trac et de la réussite d’une situation.

Analyser à qui l’on va s’adresser et comment leur parler, préparer son sujet très en détail…

tout cela contribue à se sentir sécurisé. S’il arrive un imprévu, par exemple une question que l’on n’a pas préparée, la reformuler puis la recadrer permettra de mieux gérer la situation.

Et si la question provient de quelqu’un qui cherche visiblement à vous déstabiliser, pas la peine de chercher à être parfait. Il faut répondre très simplement ! exemple :

“J’ai besoin de rechercher cette information et je vous apporterai la réponse”

Gérer son trac, c’est aussi développer ses capacités d’improvisation.

Développer sa Confiance en Soi

Il est important d’analyser les causes du trac et de comprendre ce qui provoque un déficit de confiance en soi. 

C’est en s’appuyant sur ses points forts que l’on améliorera ses faiblesses en communication.

Une bonne façon de se débarrasser de son trac de façon pérenne est de s’inscrire dans une ligue d’improvisation (ex: un cours de théâtre) D’autant qu’en pratiquant dans un contexte hors professionnel, on y prend plus facilement du plaisir. L’objectif : Améliorer sa Confiance en Soi.

Pratiquer très régulièrement

De la même façon que les techniciens qui prennent un poste commercial doivent acquérir des compétences en communication, il faut sans cesse se mettre en situation. Pratiquer, pratiquer et pratiquer encore.

Conventuellement avec la complicité d’un collègue ou d’un ami qui pourra dire, a posteriori, si la prestation a été bonne ou si elle est perfectible.

Dans le cas d’une réunion où chacun s’exprime tour à tour, il ne faut pas attendre d’être le dernier.

Ce qu’auront pourtant tendance à faire les victimes du trac. Une seule règle : se lancer !

L’attente ne ferait qu’augmenter l’anxiété, alors qu’il vaut mieux en finir rapidement.

Tracgestion_edited.jpg

L'Energie du Changement

bottom of page