top of page

Trucs de Coach>>Accepter les Critiques

Comment Accepter

les Critiques Fondées ?

Critique3.jpg

Pas toujours facile de faire face aux remarques ou critiques,

aussi constructives soient-elles !

Pourtant, vous pouvez en tirer beaucoup de choses positives. 

Alors, comment faire pour les accepter ?

Tout d’abord, rappelons-nous que la critique ne se limite pas à 

un jugement défavorable porté sur les défauts de quelqu’un

ou les imperfections de quelque chose.

C’est également la capacité de l’esprit à juger un être,

une chose à sa juste valeur, après avoir discerné ses mérites et défauts,

ses qualités et ses imperfections.

Même si elle est souvent ressentie comme telle, la critique constructive ne cherche pas l’humiliation mais vise plutôt l’amélioration. 

Pour l’atteindre, encore faut-il écouter, analyser, répondre et

apporter une solution.

Pourquoi accepter une critique Fondée ?

Même si elle déstabilise, éveille des émotions désagréables, provoque une remise en question et challenge parfois durement, la critique est une opportunité de vous améliorer.  Elle peut même parfois, si vous y réagissez pertinemment, vous aider à bonifier votre image. Pourtant, accepter la critique n’est pas chose aisée. La bonne nouvelle c’est qu’il s’agit d’une compétence.  Et comme toute compétence, vous pouvez la développer. Nous allons voir comment l’accueillir sereinement et y réagir de manière positive, constructive et valorisante.

Comment accueillir la critique ?

Pour accueillir une critique de manière constructive, voici les 3 règles d’or essentiels.

1 - Faites bien la distinction entre le message et votre réaction.

La première chose à faire est de ne pas confondre la critique et l’émotion désagréable que vous vivez quand elle vous est adressée.  N’oubliez jamais que votre réaction émotionnelle dépend de votre perception. 

D’ailleurs la remarque qui vous est faite est également une réaction à la perception d’un évènement antérieur ou ses conséquences.

L’intelligence émotionnelle prend ici tout son sens.  Il ne faut jamais laisser à l’autre le pouvoir de prendre le pas sur vos réactions, soit en se soumettant à son jugement, soit en le laissant maître de votre propre colère.

Ne rendez pas la critique plus lourde en culpabilisant ultérieurement en refaisant le film :

« j’aurai dû, j’aurai pu… »

Si vous voulez sauvegarder l’estime que vous avez de vous-même, de même que votre relation avec la personne qui vous critique, gardez une intention positive et calmez vos émotions, en vous concentrant sur votre respiration par exemple. La distinction entre le message et votre réaction vous permettra d’écouter 

vraiment, c’est-à-dire :

  • Entendre juste les faits avec détachement et les considérer comme de l’information.

  • Faire la différence entre votre personne et les faits reprochés. Nous ne sommes pas nos comportements.

  • S’assurer de bien comprendre les propos de votre interlocuteur : résumer et reformuler. Pour diminuer l’intensité du reproche, n’hésitez pas à le traduire en intention positive.  Si ce que vous avez fait est jugé stupide, reformulez en indiquant qu’il y avait effectivement moyen d’agir de manière plus intelligente ou efficace, par exemple.

 

2- Reportez votre réponse

Il est fortement déconseillé de réagir sous le coup d’une émotion forte.  Alors que la critique vous paraisse justifiée ou non, indiquez à votre interlocuteur que vous avez bien entendu son message et que vous lui apporterez votre réponse un peu plus tard.  Prendre du recul vous permettra d’approcher ces propos de façon constructive au lieu d’y apporter une réaction essentiellement émotionnelle.

3- Prenez le temps d’analyser la critique

Avant même de penser à la critique que vous venez de recevoir, prenez le temps de calmer votre mental et vos émotions. Faites quelque chose que vous aimez pendant un bon quart d’heure, comme par exemple écouter de la musique, boire un bon café ou encore prendre l’air et marcher. Vous avez décompressé ?

Maintenant, il est temps de relativiser … Il est facile d’accepter le fait que la perfection n’existe pas.
Il paraît juste d’envisager l’erreur comme une étape inévitable de tout apprentissage.
Alors pourquoi est-il si difficile d’accepter la critique ? L’orgueil, la susceptibilité, le perfectionnisme ?

Accepter la critique, c’est délaisser ces freins qui vous empêchent d’accéder au bonheur. 

Ensuite, c’est lâcher prise et renoncer au contrôle absolu ! Acceptez que vous ne pouvez pas tout maîtriser, même ce qui est censé dépendre de vous. Alors, vous pourrez analyser objectivement la critique et vous en servir pour progresser.

Comment répondre à une critique qui m'intéresse ?

Voyez déjà si la critique vous intéresse ou non. En gros, déterminez si vous souhaitez améliorer cet aspect de votre vie ou non ! Si oui, il est important de bien comprendre ce que la personne veut exprimer dans sa critique. Pour le délimiter, vous pouvez poser des questions afin d'en mesurer la base réelle, si elle s'appuie sur des observations concrètes et objectives :

À quoi te réfères-tu ?

En quoi le vois-tu ?

Quand et/ou où cela s'est-il passé ?

Une critique intéressante est une piste pour s'améliorer, le moyen pour les autres de nous communiquer l'action, la conduite ou le travail que nous avons fait et qui a déplu. La critique n’a d’effet positif que si elle est suivie d’un dialogue et d’une perspective d’amélioration.  Dès lors, attardez-vous moins au pourquoi de la critique qu’à la solution espérée (le comment). Vous ne pouvez pas changer la critique, mais vous avez le pouvoir de créer ce qui en résultera grâce à la façon dont vous y réagissez.  

Cette étape est cruciale car elle vous permet de changer le plomb en or.

Pour réussir cette transformation, voici des étapes intéressantes : 

  • Remerciez la personne pour son retour.

  • Assurez-vous d’avoir bien compris.

  • Qu’est-ce que votre interlocuteur aurait voulu à la place ?

  • Faites un bref résumé, demandez des explications si vous le jugez nécessaire et reformulez, pour vous assurer que vous êtes sur la même longueur d’ondes.

  • Reconnaissez ce que vous acceptez et présentez des excuses sincères SI c’est approprié.

  • Quelles sont les pistes d’améliorations qui sont éventuellement proposées ?

  • A défaut, demandez ou, mieux, proposer une piste d’amélioration.

  • Parlez des changements que vous envisagez de mettre en place.

  • Rappelez-vous que nous aimons être utiles et aider. Alors, pourquoi ne pas demander conseil.  Ainsi, vous transformerez la critique en une véritable source d’apprentissage.

  • Et en voyant que vous assumez vos responsabilités et faites votre possible pour remédier aux problèmes, votre interlocuteur sera bien plus indulgent avec vous à l’avenir.

Que faire pour affronter une critique fondée ?

Ces questionnements vont nous permettre de différencier une critique fondée, qui s'ajuste à la réalité, et celle qui ne l'est pas. Autrement dit, cela va nous permettre de différencier une critique constructive et une critique destructive. Mais comment réagir lorsque nous nous trouvons face à une critique de cette première catégorie et que l'on est sûr de ce qui nous est dit ?

Bien que certaines critiques soient fondées, nous ne savons jamais comment réagir !

Premièrement, nous pouvons apprendre à les accepter sans tenter de nous justifier.

Une fois fait, nous pouvons décider si nous souhaitons modifier ou non, le trait dont on nous a parlé.

Et, si nous le voulons, cela est réalisable.

Si nous voulons changer et nous améliorer sur un point précis, nous pouvons commencer par le communiquer à l'autre : "tu as raison, je vais porter mon attention à ce sujet"  ... cela peut suffire !

Si l'on voit que notre interlocuteur continue à insister sur ce thème, on peut utiliser la technique du disque rayé, c'est-à-dire répéter cette même phrase sans entrer dans plus de discussions.

Parfois, changer semble compliqué, dans ce cas, nous pouvons déjà expliquer à notre interlocuteur que "changer est compliqué". Nous pouvons aussi lui demander de l'aide ou lui proposer des alternatives.

Ainsi, notre interlocuteur sera plus empathique avec nous. En revanche, se mettre sur la défensive ne fera qu'augmenter la tension qui existe entre les deux parties, surtout dans le cadre professionnel.

Enfin, on peut parfois nous faire des critiques tandis que nous ne voulons pas changer.

Dans ce cas, le mieux est de donner raison à notre interlocuteur pour calmer le jeu !

On peut aussi proposer des alternatives pour essayer d'améliorer la situation et négocier sur cette base afin de ne pas déboucher sur un conflit.

Pourquoi évaluer son Interlocuteur ?

A l'inverse, vous trouvez que la critique est injuste ? Faites preuve d'esprit critique pour analyser votre interlocuteur et tentez de deviner ses motivations. Vous vous méfiez de la personne en face de vous?

Rien ne vous empêche de répondre tout de suite. Et parfois, mieux vaut ne pas réagir à chaud.

Cela évite de s’emporter et permet de prendre le temps de savoir ce que l’en ressent face à cette critique, et si elle est vraiment justifiée ou non. Signifiez à votre interlocuteur que vous l’avez bien écouté et compris, mais que vous allez y réfléchir et lui répondrez à tête reposée. Sans paraître sur la défensive, exprimez votre désaccord avec son reproche. Prenez le temps de réfléchir pour démontrer pourquoi vous n'acceptez pas cette critique. Il est également important de ne pas se laisser faire en cas d'abus ou d'exagération volontaire. 

Votre patron vous critique systématiquement et très sévèrement tout ce que vous accomplissez ?

Ne vous remettez peut-être pas complètement en question. Sollicitez l’avis d’un autre supérieur hiérarchique, demandez-lui du feedback sur votre travail, ou renseignez-vous auprès de vos collègues pour savoir s’ils subissent les mêmes remarques que vous. Si c'est le cas et que votre travail est jugé bon par d'autres, plaignez-vous de votre chef à son supérieur: il existe aussi de mauvais patrons, malheureusement.

Comment réagir aux critiques non fondées ?

Il arrive, parfois, que les critiques que l'on nous fait ne s'ajustent pas à la réalité, ne soient pas fondées.

Il est alors important de bien gérer la situation afin de ne pas partir dans des discussions qui ne mèneront nulle part. Si, maintenant, vous estimez infondés les reproches qui vous sont faits, marquez votre désaccord mais sans rentrer ni dans le rôle de la victime contrainte de se justifier, ni dans un rapport de force.

Evitez la dualité tort ou raison, restez dans les faits et non votre interprétation personnelle et manifestez concrètement votre intention de trouver une solution.

C’est une excellente occasion pour vous de vous affirmer, ne la gâchez pas en créant un conflit.

D’autre part, ne perdez pas trop de temps et d’énergie à répondre à des critiques inutiles sachant que certaines personnes en sont spécialistes ! Pour ma part, je dirai simplement : évitez-les ! 

Voici 2 techniques assertives qui peuvent être utiles : le Banc de brouillard & l'Alternative ambiguë.

- Le Banc de Brouillard consiste à prendre des parties du discours de l'autre, afin de lui montrer que nous reconnaissons ses motifs personnels, mais sans perdre notre position. Par exemple :

"c'est normal que tu te sentes comme ça si tu penses que je ne réponds pas à tes

messages parce que tu n'es pas important pour moi".

Ainsi, on paraphrase et on comprend l'autre sans perdre notre point de vue.

Alternative générale ou ambiguë consiste à arriver à un accord partiel avec notre interlocuteur, comme par exemple :

"je vais y penser" ou "je vais en tenir compte", "je vais faire attention".

Ces techniques sont des outils à prendre en compte dans nos relations interpersonnelles, qu'elles soient avec notre famille, nos amis, nos collègues ou notre partenaire de vie, car réagir de manière douce et empathique face à une suggestion d'amélioration va réduire considérablement les possibilités d'aboutir sur un conflit avec l'autre partie, et augmenter vos chances de conserver une relation suffisamment confortable grâce à cette forme de compromis.

Conclusion

Accepter & Transformer une critique fondée

pour s’améliorer est une opportunité de Progression

 

Le pire n’est pas la critique mais l’indifférence ! 

La critique constructive devrait être considérée comme une opportunité d’évaluer

ses actions et de s’améliorer. 

A vous de la transformer en occasion de donner le meilleur de vous-même 

et de dépasser vos limites actuelles !

Notez les conseils que vous avez retenus de cette expérience et interrogez-vous sur ce que

vous pouvez mettre en place pour installer une nouvelle habitude.

Vous pouvez également demander un feed-back à la personne qui avait émis la critique pour

que vous puissiez constatez, ensemble, vos progrès personnels.

La prochaine fois que vous ferez l’objet d’une critique, souvenez-vous :

  • qu’il s’agit d’un jugement subjectif

  • sur un fait ou un comportement particulier

  • émis à un instant précis

  • par une personne définie

  • qu’il aurait pu être différent venant d’une autre personne.

Toutes les critiques ne sont pas bonnes à prendre mais toutes sont bonnes à entendre.

Elles sont sources de nouvelles connaissances mais c’est dans notre réaction que

se trouve le véritable trésor. 

Cette épreuve peut être une occasion de grandir et de nous estimer davantage. 

Et même d’améliorer notre image auprès de la personne qui émet la critique.

En général nous gardons en mémoire la conclusion de l’expérience. 

Il ne tient qu’à nous de réagir avec élégance, diplomatie, respect, esprit positif 

et recherche de l’excellence. 

Notre interlocuteur ne pourra qu’être conquis par notre manière de réagir.

Nous y gagnerons également en fierté et en estime personnelle.

L'Energie du Changement

bottom of page